PROJECTS
  APPEL MANQUÉ NEW!
  LONG DISTANCE CALL
  TRAVERSÉE
  FAUX SOUVENIRS
  THIS FILE CONTAINS RAW DNA
  TOPOGRAPHIES
  ÉPICANTHUS
  AVEUGLEMENT I, II, III, IV
  ÉTUDES DE CAS
  RELIQUES
  INSIDE TIMOTHY'S HEAD
  MEMORY I
  LOST IN BIRMINGHAM
  COLLECTION

COLLABORATIVE
  OVERSCOPIA

PUBLICATIONS
  BOOKS & ZINES NEW!
  PRESS NEW!


ABOUT
CONTACT

FACEBOOK
INSTAGRAM



© PRUNE PHI





TOPOGRAPHIES
2016

Photographie, dessin, video, scotch
Photography, drawing, video, tape

Ad vitam æternam, De l'homme soigné à l'homme augmenté, La Recherche de l'Art #5, Galerie du haut de l’ENSP, Arles.
Exposition proposée par l'ENSP et l’INSERM

Lieux de la résidence_Residency places : L'Institut de la vision (Paris): Groupe de recherche dirigé par Deniz Dalkara + Le Centre d’Investigation Clinique, service de l’hôpital des 15-20 à Paris: Service dirigé par José-Alain Sahel et projet suivi par Céline Chaumette.


FR_ Les chercheurs de l’Institut de la Vision et du Centre d’Investigation Clinique à Paris œuvrent pour le recouvrement de la vue de patients atteints de maladies dégénératives ; ils recourent notamment à la thérapie génique et aux implants rétiniens.

Lors de ses résidences, Prune constate un paradoxe intrinsèque à la recherche : grâce à leurs instruments scientifiques, les chercheurs traitent de la vue à une échelle pourtant microscopique et insaisissable à l’œil nu. Elle collecte des images saisies lors d’auscultations médicales et propose une relecture de ce matériau qui au delà de sa composante scientifique prend ici une dimension poétique. L’artiste endosse le rôle du chercheur, elle permet ainsi un déchiffrement inédit de ces images, opérant notamment des glissements d’échelles. Les images de vaisseaux sanguins ou de cellules oculaires photographiés, vidéographiés ou modélisés en 3D sont soumises à de nouveaux recoupements typologiques. La rétine est par exemple transformée en des topographies semblables à des vues aériennes de montagnes. (Texte de Caroline Bernard)

EN_ Researches from l'Institut de la vison and Le Centre d'Investigations Clinique of Paris work to go against blindness for those affected by degenerative deseases ; they use gene therapy and retinal implants.

During the residencies, Prune notices a paradoxal aspect in this research work : thanks to their scientific tools, researchers approach their researches at different scales both microscopic and impossible to see bare eye. She collects images from patients' medical files and proposes to shift this images purposes to a more poet material therefor overlapping researchers and artist's roles. Photographed, videographed and 3D representations of arteries and eye cells are recomposed to form a new typology. Retina is now seen as the topography of a mountain.